Clara Clara

Né dans une cave dijonnaise autour d’une casserole en guise de caisse claire, d’une guitare Höner « toute pourrie » et d’un micro My First Sony, la « petite famille » (c’est leurs mots) Clara Clara est en quelque sorte la substantifique moelle de la scène spazz locale (au bas mot, une grosse huitaine de personnes traumatisées par le passage du groupe néerlandais The Ex pendant la tournée Starter Alternator). Formé par la fratrie Virot (Charles et François, bien connu en solo sous le nom de François) et Amélie Lambert (dont un livre d’études intitulé « Clara » a donné son nom au groupe sans que personne ne sache vraiment pourquoi), Clara Clara a curieusement commencé comme un trio basse/batterie/flûte avant de se rendre compte que « la formule pouvait être améliorée » – ce qui fut promptement achevé avec l’adjonction « d’une grosse disto et d’un octaveur pour faire comme le bassiste de Lightning Bolt » (une influence, donc, à ajouter à celle des excellents Deerhoof), d’un synthétiseur et de vraies chansons poppy, courtesy of François (qui s’y connaît, en chansons poppy).

Le groupe part sur les routes du vaste monde et enregistre à la va vite quelque CD-R et un premier vrai album sur SK Records (« AA », jaugé « meilleur disque rock-français-sans-paroles de 2008 » par Chronic’art) pour vendre sur les stands : « On fait de la musique d’abord parce qu’on est amis, parce qu’on s’entend bien musicalement mais aussi pour vivre des moments cool comme la tournée aux USA avec Kickball, et parce qu’on a envie que ça continue ! ». Las, le groupe ne peut s’empêcher d’être passionnant : épuisé de chansons jouées jusqu’à la nausée, il se réinvente via la complexité (relative, « c’est pas du math rock »), plus de synthés, une surdose de rythmes (techno ou africains, tout ça) et un gros rab de mélodies jaunes, vertes ou roses. Tout cela à découvrir sur « Comfortable Problems« , deuxième album étourdissant, sorti le 10 mars 2010 chez Clapping Music, et au successeur duquel ils travaillent actuellement.

website / facebook /


presse

HARTZINE - interview 2010
Conjuguant dans l’urgence et la spontanéité des structures pop alambiquées à la puissance distordue de leurs instruments respectifs (clavier, basse, batterie), les Clara Clara ont fait de Comfortables Problems la jonction entre ce qu’a pu faire le groupe sur son premier disque et ce que François a composé, en échappée solo, sur le boisé Yes or No (...)
MAGIC RPM - live report mars 2010
(...) Et puis ça s’emballe. La basse vrombit, sonne comme une coulée de lave. Le final prend un rythme tribal, comme ça se fait maintenant. Sauf qu’ici, ça sonne juste, et qu’il y a cette pointe de folie et cet interstice d’inexactitude jouissive qui fait la différence. Ce qui est fou, au final, c’est que la musique de Clara Clara est bien composée. Pas seulement puissante, mais aussi émouvante. Rageuse et follement pop. Des descentes sans fins, des chœurs qui rendent heureux, et puis des codas où tout explose, où toute la tension accumulée jaillit, dans une éruption volcanique.
GONZAÏ - interview mars 2010
Ces mecs sont chiants à en mourir et ne s’attèlent pas à prouver le contraire. Rarement l’ignorance aura mené à si belle création, car l’album, lui, est bien meilleur en rhétorique.
POPNEWS - mars 2010
Entretien avec Amélie, Charles et François, les trois membres de Clara Clara, groupe de proto-pop bruitiste à la renommée grandissante.