Egyptology

Domotic + O.Lamm = Egyptology

Les deux musiciens parisiens étaient déjà connus pour leurs explorations post-electronica (Olamm) ou avant-pop (Domotic) au sein de la communauté musicale née à la fin des années 90 avec les labels Active Supension et Clapping Music (dont Centenaire, groupe auquel participe également Stéphane). Les deux laborantins ont cette fois mis en commun leur amour du bruit blanc et des synthétiseurs vintage (Roland SH101, Roland MC 202, Korg MS10, Korg 700s Mini, Yamaha CS-15, Juno 106, Roland JX3P, Prophet 600, Philicorda…), tout en associant leurs différences : mélodies gracieuses cultivées en savants alambics et « utilisation extensive d’échos à bandes 60’s et de reverbs à ressort » pour le producteur « à l’ancienne » Stéphane, grande culture disco, house, techno et IDM pour Olivier, qui s’exprime largement à travers les « polyphoniques grassouillets de la première moitié des 80’s », un sens aigu du détail sonore, et l’envie de faire lentement décoller la piste de danse, et tout le bâtiment à sa suite.

Ode romantique au futurisme sépia et à la poussière d’étoile qui attend de briller à nouveau, leur premier album « The Skies » est sorti le 18 avril 2012.

facebook / booking /


presse

GONZAÏ - interview avril 2012
(...) Et pourtant, au loin la pyramide est belle. Album moins anachronique qu’achronique, The Skies est une pierre de Rosette, la traduction par Egyptology d’un langage ancien et encore mal connu ainsi qu’une œuvre gravée dans la roche.
THE DRONE - avril 2012
Levons tout de suite un mystère qui n'en est pas un, et donnons du biscuit aux pourfendeurs de la partialité: l'un des auteurs de ce petit bijou prog électronique 100% analo, qui devrait soit accompagner à merveille les premiers rayons de soleil de 2012, soit servir de tube de l'été aux prédicateurs de fin du monde, est en poste dans notre rédaction.
TINY MIX TAPES - juin 2013
The ancient has become new; the illegible, intuitive. Egyptology are well-named, indeed. They become synonymous with evolution, history, and the mysterious workings of digital things. They sound damn fine too.